Skip to Content

Julien Philippe

Lire la suite

Infographie

En 2017, le grand public est familiarisé avec les résultats probants que peuvent avoir les traitements d’orthodontie sur l’alignement dentaire et sur l’esthétique du sourire [...]

Lire la suite

Les 11 sociétes membres de la FFO

Lire la suite

Orthodontie : traiter tôt, pourquoi ? Comment ?

06/06/2017 - Prévention

Un traitement orthodontique peut être mené, dans l’enfance dès l’âge de 5 ans comme à l’âge adulte. Il existe cependant des moments clés en fonction de la morphologie et de l’évolution de la denture. Dans certains cas - anomalies de développement des bases maxillaires ou des habitudes néfastes (succion des doigts par exemple) - le traitement doit être mis en place très tôt, il s’agit de traitements précoces, ou dits de prévention.

Les signes pour une consultation précoce

Pour répondre à la question que se posent tous les parents sur l’âge de la première consultation, il suffit d’observer la bouche de l’enfant.
Certains signes au niveau dentaire mais aussi au niveau du comportement doivent être repérés et entraîner une consultation pour établir un diagnostic. Avant l’âge de 6 ans, lorsque toutes les dents de lait sont bien installées, il faut vérifier qu’il n’existe pas :

Traitements préventifs

Plusieurs actions peuvent être mises en place précocement, dès 5 ans, afin d’éviter que certaines anomalies ne s’aggravent. Il s’agit surtout d'éliminer les dysfonctions :

  • Supprimer les habitudes néfastes notamment la succion du pouce, d’une tétine ou d’un doudou
  • Rééduquer les dysfonctions notamment au niveau de la respiration et de la déglutition, c’est à dire apprendre à se moucher, à respirer par le nez, à fermer la bouche et à placer la langue au palais, souvent avec l’aide d’un kinésithérapeute maxillo-facial ou bien d’un orthophoniste
  • Elargir le palais s’il est trop étroit.

Ce sont des traitements courts, d’une durée moyenne de 6 mois environ. Ils peuvent contribuer à limiter certaines pathologies comme les otites à répétition, les rhinopharyngites, ou encore les troubles du sommeil et certains troubles comportementaux dus à l’insuffisance de ventilation nasale.

Traitements orthodontiques interceptifs

Réalisés entre 7 et 11ans, à la période où cohabitent encore dents de lait et dents définitives, ils doivent éviter que les mâchoires ne grandissent de travers.
L'objectif est le plus souvent de corriger un décalage entre les mâchoires du haut et du bas ou bien une insuffisance de développement des mâchoires entraînant un manque de place. Grâce à un élargissement de l’arcade, on prépare la place pour les 12 dents définitives qui sortent entre 10 ans et demi et 12 ans.
A ce stade, la ventilation doit être strictement nasale. Si des problèmes persistent, la consultation d’un ORL est souvent utile pour diagnostiquer la présence d’obstacles à une bonne respiration (végétations /amygdales).
Les appareils utilisés (dits appareils d’interception) peuvent être fixes ou amovibles, et portés sur une période de 6 à 18 mois selon l’importance de l’anomalie.
L’important est d’agir au bon moment par rapport à la croissance, et d’éviter que la situation ne s’aggrave, et ne soit donc plus complexe à corriger par la suite.
L’objectif de tous les traitements précoces est l’harmonisation fonctionnelle et squelettique. Leur véritable bénéfice est de permettre l’arrivée des dents définitives dans de bonnes conditions, d’assurer une bonne fonction masticatrice et respiratoire, et une croissance harmonieuse.
Cette phase thérapeutique sera en général suivie et complétée par une phase de finition de l’occlusion quand toutes les dents définitives seront en place sur l’arcade dont la durée sera réduite.

 

Retour aux communiqués de presse